mercredi 23 juin 2010

Évaluation du Bloc 2 : Le personnage

Préproduction artistique

Bloc 2 : le personnage

À remettre lundi le 5 juillet 2010

Session 1 : été 2010

Ce qu’il faut remettre :

  1. 3 Recherches de 3 à 5 images avec commentaires sur le blogue concernant

1. Les proportions pour votre personnage

2. Les expressions

3. Les attitudes corporelles en lien avec la situation choisie

*Attention aux fautes de français et au respect des droits d’auteur

** Bonus de 1.5 point pour la recherche suite à visite de La Manif d’art V

/10

  1. 3 esquisses du personnage (une pour chacune des recherches)

1. Les proportions du personnage (avec un peu d’ombres et lumières) /2.5

2. Votre auto-portrait (avec un peu d’ombres et lumières) /2.5

3. Des combinaisons d’expressions faciales et d’attitudes corporelles (avec un peu d’ombres et lumières) /5

/10

  1. 2 feuilles de références (model sheet)

1. La tête de votre personnage : vue de face, vue de côté, vue de ¾ (avec un peu de détails) /2.5

2. Votre personnage: vue de face, vue de côté, vue de dos, vue de ¾ (avec un peu de détails)/2.5

+

Une mise au net de la meilleure vue, attitude et expression du personnage final en noir et blanc avec le plus de détail possible (source lumineuse claire, ombres propres et portées) /5

/10

Total /30

Critères évalués :

1. Analyser le contexte et les personnages d'un scénario.

1.1. Établissement de liens judicieux entre les personnages et l’action.

1.2. Collecte exhaustive d’éléments d’information significatifs sur les personnages.

1.3. Justesse de l’interprétation des caractéristiques physiques et psychologiques
des personnages.

1.4. Justesse de l’interprétation des éléments contextuels de la production.

1.5. Association judicieuse d’un style aux éléments contextuels de la production.

3. Dessiner des personnages.

3.1 Repect des proportions.

3.2 Équilibre des formes.

3.3 Justesse de la représentation.

3.4 Précision du tracé.

3.5 Qualité du détail.

3.6 Rendu harmonieux des volumes et des couleurs.

3.7 Utilisation correcte du médium.

3.8 Qualité esthétique de la représentation.

4. Représenter les expressions d'un personnage.

4.1 Justesse de l’expression faciale.

4.2 Justesse de l’expression corporelle.

4.3 Respect du caractère du personnage.

4.4 Respect des références prescrites.

4.5 Utilisation correcte du médium.

4.6 Qualité esthétique de la représentation.

5. Produire les esquisses des personnages pour la production.

5.1 Assemblage rigoureux des esquisses.

5.2 Uniformité des esquisses.

5.3 Clarté et propreté des esquisses.

10. Interpréter la référence visuelle.

10.1 Établissement de liens judicieux entre les personnages et l’action.

10.2 Collecte exhaustive d’éléments d’information significatifs sur les personnages.

10.3 Justesse de l’interprétation des caractéristiques physiques et psychologiques des personnages.

10.4 Justesse de l’interprétation des éléments contextuels de la production.

10.5 Association judicieuse d’un style aux éléments contextuels de la production.

Riche, avec finesse

25 à 30

Prometteur

20 à 25

Fonctionnel, seuil de réussite 18 à 20

Faible, avec difficultés 15 à 17

Échec

0 à 15

lundi 21 juin 2010

Exemples pour le travail de la semaine


Je les ai prises sur le site : http://www.animationmeat.com/modelsheets/modelsheets.html





(Il y en a plein d'autres voir ma liste de lien sur ce blogue, en-bas à droite)

Les proportions du corps humain


mercredi 9 juin 2010

Clair/obscur et tissu



-notes de cours Suzanne Paquette

Perspective






-notes de cours Suzanne Paquette

Centre perspectif et géométrie sous-jacente


-notes de cours Suzanne Paquette

Technique de la visée


-notes de cours Suzanne Paquette

Techniques de dessin


- notes de cours Suzanne Paquette

mardi 8 juin 2010

Qualités essentielles

Cadrage:
Action de cadrer, de choisir ce qui entrera ou non dans le dessin.

Dégradé:
Gradation de valeurs. Il est généralement obtenu par des hachures réalisées avec une pression progressive du
crayon sur le papier.

Fluidité du geste:
Un geste fluide se distingue par l'aisance, la facilité de son exécution et est obtenu au moyen de mouvements
très liés sans blocage apparent des articulations. En dessin, celui-ci se traduite par des traits souples, stables et
affirmés.

Géométrie sous-jacente:
Méthode de notation par la réduction d'objets réels ou d'êtres vivants à des formes géométriques.

«Cézanne (1839-1906) invente la géométrie picturale. Il construit en assimilant toute forme à des volumes
connus: sphère, cube, pyramide ... »1

Lumière :2
Directions de la lumière.
Lumière frontale : Celle-ci éclaire le sujet de face et ne produit pratiquement pas d'ombre.
Lumière oblique: Elle arrive par le côté, formant un angle de 450 avec le plan frontal. Cette lumière
apporte un éclairage équilibré avec une proportion égale de zones d'ombre et de zones
éclairées.
Lumière latérale: Elle arrive d'un côté, laissant le côté opposé dans l'ombre. Elle dramatise le sujet et
s'utilise lorsque l'on désire exagérer les contrastes.
Contre-jour: La source lumineuse se trouve derrière le sujet. Les plans frontaux sont par conséquent
dans l'ombre.
Éclairage en contre-plongée: Il n'est utilisé que dans des cas très particuliers, lorsque l'on cherche à
dramatiser excessivement le sujet.

Quantités de lumière:
De cette quantité dépendent les contrastes de valeurs figurant sur le sujet et que, logiquement,
l'artiste a l'intention de reporter sur le dessin. Dans le cas d'un sujet éclairé par une lumière intense,
les ombres seront accusées. En revanche, une lumière faible diminuera le contraste et aura tendance
à uniformiser la tonalité générale.

Qualité de la lumière:
Lumière naturelle: Lumière apportée par le soleil.
Lumière artificielle: Produite par les lampes électriques ou tout autre système d'éclairage.
Lumière directe: Celle qui tombe directement sur le sujet, que ce soit une lumière naturelle ou
artificielle.

Zone de lumière:
Partie du sujet directement éclairée par la lumière, sans être modifiée par des reflets.
Lumière (suite) :3
Éclat:
Effet produit par le contraste entre une surface blanche et les surfaces plus ou moins sombres qui
l'entourent.

Ombre propre:
Zone d'ombre appartenant à l'objet dessiné.

Ombre projetée:
Celle qui, de par la présence même du sujet, apparaît sur les surfaces environnant celui-ci (le sol, les
murs, les autres objets).


Texture:
Élément visuel nous renvoyant aux qualités tactiles propres aux surfaces dures, spongieuses, granuleuses, etc.
Le dessinateur peut, par le geste et des moyens techniques, donner l'illusion de textures diverses
caractéristiques de la surface d'une forme.

Valeur:
Qualité de clair ou de sombre qui se trouve contenue dans un ton. En dessin la valeur varie ainsi du blanc au
noir.





1. MORAN, Robert (1993) Le dessin, art des origines, Éditions Fleurus, Paris, 164 pages. ISBN 2-215-01885-2 extrait: page 48.
2. PARRAMON, J.M.(1995) Peindre et dessiner, Méthode progressive, Société des périodiques Larousse, Bordas, Paris. extrait
hebdomadaire no.2, page 25.
Lumière diffuse: Lumière naturelle d'un jour nuageux, ou encore celle qui passe par une fenêtre ou
une porte et qui tombe indirectement sur les sujets après s'être réfléchie sur une paroi, sur
un toit, etc.
3. PARRAMON, J.M.(1995) Peindre et dessiner, Méthode progressive, Société des périodiques Larousse, Bordas, Paris. extrait
hebdomadaire no.2, page 25.


-notes de cours Suzanne Paquette

Définitions clair/obscur et perspective

Clair-obscur :
Exprime la présence marquée d'une ou de plusieurs sources lumineuses. Il est un effet de contraste produit par
le rapprochement des lumières et des ombres sur les objets représentés, ce qui leur confère une présence en
trois dimensions.

Perspective:
Le mode de représentation le plus connu remonte au XVe siècle, à la Renaissance italienne. C’est à cette
époque que furent formulées les lois de la perspective dite «classique»

«Les lois de la perspective de la Renaissance italienne ont pour objectif de représenter sur une surface plane des
objets tels que nous les voyons dans la nature, c'est-à-dire en profondeur; et font du tableau une sorte de
"fenêtre" par laquelle notre regard plonge dans l'espace»1

La perspective linéaire:
Utilise, comme références, la projection (opération basée sur le fait que les lignes parallèles semblent
converger avec l'éloignement) et le raccourci (rapetissement dû à l'éloignement des objets). Les
perspectives frontale et oblique en font partie.

La perspective aérienne:
Reproduction des variations d'intensité lumineuse et des gradations de couleurs qui semblent
s'effacer avec la distance. Cet effet est causé, dans la nature, par l'épaississement du voile
atmosphérique.

Ligne d'horizon:
L'emplacement de la ligne d'horizon dépend du point d'observation du dessinateur, soit la hauteur de
ses yeux par rapport à la scène ou l'objet observé.

Point de fuite:
Point situé sur la ligne d'horizon qui marque la fin d'une ligne fuyant vers l'horizon. Toutes les lignes
parallèles et horizontales ont un point de fuite commun vers lequel elles convergent. Lorsque les
objets sont disposés en tous sens, chaque objet possède ses propres points de fuite.

1. PANOFSKY, Erwin (1975) La perspective comme forme symbolique •. Les Éditions de Minuit, Paris, 1975, extrait: page 38.

-notes de cours Suzanne Paquette

Définitions de types de dessins

TYPES DE DESSIN: Différentes façons de dessiner

Croquis:
D'une manière générale, c'est un dessin fait rapidement qui a quelques similitudes avec les notes manuscrites
prises sous l'inspiration ou dans l'action d'un événement.

Ébauche:
Commencement et première forme d'une œuvre. L'ébauche ne doit pas être confondue avec le croquis,
l'esquisse ou l'étude qui sont chacun des types de dessin tandis qu'elle est simplement un début.

Esquisse:
Dessin qui présente le premier jet d'une œuvre ou d’un projet. Elle se différencie du croquis qui est un dessin en
lui-même. En ce sens, l'esquisse appelle toujours un perfectionnement et une continuation. Elle peut être faite
dans les proportions de l'œuvre définitive ou dans des proportions différentes.

Étude:
D'une manière générale, travail de recherche consistant le plus souvent à mettre au point la représentation d'un
élément particulièrement difficile.

Mise au net:
Opération terminale d'un dessin généralement commencé au crayon et terminé par un tracé à l'encre. Les traits
et les indications ont un caractère définitif de netteté et de précision.

Modèle vivant:
Personne nue ou habillée dans une position immobile afin que le dessinateur puisse en faire le dessin.
en pied: Qui représente le modèle en entier.

Nature morte:
Type de dessin d'observation ou d'interprétation dont le sujet est une composition qui regroupe des sujets
inanimés tels que fruits, instruments, objets variés, etc. Dénuée de toute anecdote, de toute action, elle révèle
l'existence propre des formes, des couleurs et des valeurs.

Paysage :N
Un des genres en dessin d'observation ou d'interprétation dont le sujet est le paysage.
L'un des trois formats traditionnels proportionnels en peinture. Format horizontal.

Planche:
Représentation dessinée d'un ou plusieurs objets ayant souvent un caractère de documentation. Elle peut
accompagner un texte dans un livre ou être réalisée en grand format pour servir de démonstration.

Portrait:
Un des genres en dessin d'observation ou d'interprétation, dont le sujet principal est une personne. L'art de
représenter la personnalité intérieure d'un individu.
autoportrait : Portrait de l'artiste exécuté par lui-même.
L'un des trois formats traditionnels proportionnels en peinture : format vertical.

Rendu
Dessin de présentation qui se fait avec plus de soin.

- notes de cours Suzanne Paquette